LLe social engineering est une forme d'acquisition déloyale d'informations pour obtenir d'autrui, un bien, un service ou des renseignements clefs. Cette pratique exploite les failles humaines et sociales de la structure cible, à laquelle est lié le système informatique visé. Utilisant ses connaissances, son charisme, l'imposture ou le culot, l'attaquant abuse de la confiance, de l'ignorance ou de la crédulité des personnes possédant ce qu'il tente d'obtenir.

Plus globalement, le social engineering regroupe un ensemble de techniques et d'outils qui s'appuient sur les rapports humains directs ou indirects (contacts physiques, téléphonie, champs immatériels, courriers, etc.) et les échanges relationnels et qui ont pour objectif d'accéder à des informations confidentielles. Les deux "leviers" du social engineering sont la soumission à l'autorité et la soumission librement consentie (technique de persuasion qui donne l'impression aux individus concernés qu'ils sont à l'origine d'une prise de décision). Ces deux sujets sont également abordés dans mes interventions liées à la Neuro Influence®.

Le social engineering (qui entretient des liens étroits avec la psychosociologie) permet de faire un profilage précis en effectuant une recherche d'informations ciblées. Ce profilage facilite la détection des forces et des faiblesses de "l'objectif" et la prise de décision pour choisir le meilleur angle d'attaque... Avec l'appui des techniques de Neuro Influence® (“contre-influence”, "contre-soumission" et “contre-manipulation”), mon intervention porte sur l'accompagnement et la protection active des "cibles" potentielles (individus, sociétés, organismes, associations, élus, etc.) dans les champs immatériels ainsi que dans la "vie réelle".